Ecrivain
|
|
|
|
|
|
|
|
 

Les articles en version pdf : Pour revenir au site cliquer sur Précédent dans le navigateur

 
 
Le monde des livres
 
 
Haut de la page
Retour page Les Ombres du levant


 

Les Ombres du levant

Les Ombres du levant sur ce site http://www.critiqueslibres.com (juin 2008)

– Présentation dans le numéro de rentrée du Figaro littéraire (5 septembre 1996) consacré aux premiers romans.

– Critique de Pierre-Robert Leclercq dans Le Monde des livres (25 octobre 1996) : « un texte dense, varié, passionnant ».

– Critique de Christophe Chiclet dans Tageblatt Bücher (Luxembourg, octobre 1996) : « Mélangeant histoire et littérature, l’auteur se fait faussaire, un faussaire de génie. »

– Entretien avec Julien Gars pour le magazine littéraire sur Internet Pagina (mise en ligne le 14 novembre 1996).

– Critique de Bruno Villien dans Le Généraliste (6 décembre 1996) : « Olivier Delorme parcourt le siècle à vive allure, en un éloge de la liberté et du non-conformisme qui se parent de toutes les séductions. »

– Critique de Jean-Joseph Julaud dans L’Éclaireur (31 janvier 1997) : « De nombreuses pages, de nombreux passages demeurent dans la mémoire, devenant ces recours de sagesse et d’intelligence qu’il fait bon retrouver quand le monde s’endiable ou devient sot. Les Ombres du levant se lit, se relit, lentement, comme on savoure un jour heureux que rien ne vient troubler. »

– Julie Millet annonce et rend compte, dans La Dépêche du Midi, de la signature à la librairie Le Scribe de Montauban (8 et 9 avril 1997) : « le récit passionnant, la connaissance, l’ironie sans la lassitude rendent singulier ce premier roman. »

– Critique de Jean-Michel Dumas dans Var Matin (7 juin 1997) : « Olivier Delorme (…) possède une écriture étrangement vivante (…) [il] fait preuve d’une tendresse violente pour la vie. Son roman pourrait être lu à haute voix, dans un théâtre, à la radio, tant on semble l’écouter plus que le lire. »

– « Coup de cœur » de Jean-Joseph Julaud dans Enseignant Magazine (mai/juin 1997) : « C’est aussi la relation d’épisodes hors du commun dont l’agencement dans la structure narrative est une véritable réussite, c’est encore une écriture riche, précise, élégante, de celles qui réconcilient pour longtemps avec la littérature. »